UNRPA : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
47 bis rue Kléber 93400 Saint Ouen
Tél. : +33 (0) 1 40 11 60 08

new unrpa header

Bienvenue sur le site de l'Union Nationale des Retraités et des Personnes Agées

Localiser sa section

Accédez à la section la plus proche de chez vous en quelques clics

Nos partenaires

  • Pro confort France,
    à votre service depuis 1993
    logo Proconfort
    Acteur numéro 1 et le principal partenaire de milliers de clubs et associations
  • VVF LOGO 2016
  • neaclub-quadri-web
  • A.E.C
    Vacances
    LOGO AEC 2017
    Donnez des couleurs à vos vacances
  • Catalogue
    matérie
    l
    Ensemble & Solidaires
    lm communication
    Pour rendre plus visible votre association
    lors de vos manifestations et sorties

  • SACEM logo
  • Notre Mutuelle new-Logo CCMO
    Un contrat collectif très avantageux
    pour les adhérents UNRPA

appel des retraités à la mobilisation du 29 septembre

Communiqué commun 

220929 Appel G6

Les mesures gouvernementales sur le pouvoir d'achat ne suffisent pas à mettre fin à la paupérisation de la population. La loi votée cet été pose seulement quelques rustines à travers des primes qui n'ouvrent aucun droit et qui à travers les exonérations de cotisations, ampute le salaire socialisé, fragilisant la protection sociale et le système de retraite.

Pour les retraités, le gouvernement présente la revalorisation de 4 % des pensions de base comme un maintien du pouvoir d'achat, c'est faux. La précédente revalorisation de 1,1 % du 1er janvier 2022 était censée compenser l'inflation jusqu'au 31 octobre 2021. Depuis cette date, en 9 mois, les prix se sont envolés, bien plus que les 4 % (qui seront, en outre, versés avec 3 mois de retard).
Et, pour la majorité des retraitées et retraités qui dépendent du privé, la complémentaire Agirc-Arrco n'a pas bougé alors qu'elle représente environ un tiers des revenus. Les nombreux polypensionnés de la Fonction publique sont aussi concernés par ce dossier et attendent. Malgré les demandes des organisations syndicales, le Medef bloque et refuse toute négociation avant la date habituelle du 1er novembre. Pendant ce temps-là, les prix de première nécessité s'envolent...

La crise énergétique pèse déjà fortement sur la population, particulièrement sur les plus précaires, tandis qu'aucune mesure réelle n'est prise pour une transition écologique juste. Le gouvernement se contente d'incitations à des économies d'énergies culpabilisantes, tandis que d'autres pays européens (Italie, Espagne, Allemagne, Angleterre...) s'engagent dans la taxation des superprofits des entreprises du secteur énergétique et que d'autres mettent en place des passes ferroviaires gratuits !

Le gouvernement poursuit aussi une politique fiscale qui assèche les comptes de l'État au profit des grandes entreprises et au détriment des services publics (santé, éducation, ...) et du financement de la transformation écologique.

Le compte n'y est pas pour les retraités et les retraitées qui doivent se mobiliser plus que jamais pour défendre leur droit à vivre à la retraite, incluant les loisirs et la culture, et pas seulement survivre !
C'est pourquoi nos organisations de retraitées et retraités CGT, FSU, Solidaires, FGR-FP, LSR, UNRPA-ENSEMBLE & SOLIDAIRES appellent à participer aux manifestations jeudi 29 septembre et à s'inscrire dans une mobilisation large et dans la durée.

Paris, le16 septembre 2022

Marc Bastide (UCR-CGT, 263 rue de Paris, 93515 Montreuil cedex)
Marylène Cahouet (FSU, 104 rue Romain Rolland, 93260 Les Lilas)
Gérard Gourguechon (UNIRS-Solidaires, 31 rue de la Grange aux Belles, 75010 Paris)
Jacques Brillet (FGR-FP, 20 rue Vignon, 75009 Paris)
Roger Perret (ENSEMBLE & SOLIDAIRES - UNRPA, 47 bis rue Kléber, 93400 St Ouen)
Bernard Serra (LSR, 263 rue de Paris, 93515 Montreuil)

 

Retraites et pensions disparaissent,
une « allocation sociale » arrive !

 

Les dernières décisions du gouvernement concernant les pensions de retraite aboutissent à un recul social de plus de 70 ans. Dans le PLFSS 2019, la pension de retraite doit rester un droit, acquis par le versement des cotisations, et non devenir une simple « allocation sociale ».

 

Aujourd’hui ce gouvernement supprime la revalorisation annuelle des pensions. L’évolution des pensions, devenues allocations sociales, est désormais le fait du prince, des possibilités budgétaires, avec l’objectif de les faire baisser drastiquement.

Le Président Macron, élu en promettant que le « pouvoir d’achat des retraité-e-s serait préservé », nous considère comme des « nantis », diminue le pouvoir d’achat, voire les pensions et veut mettre fin à l’acquis des retraites.

Il applique maintenant aux personnes retraitées ce qu’il veut faire avec sa réforme de retraite à points en 2019. Tout le monde est concerné, actifs, futurs retraités, actuels retraités !

 

Il veut encore baisser

le pouvoir d’achat !

 

Il veut revaloriser les pensions, comme les prestations sociales, de seulement 0,3 % en 2019 et 2020, alors que les prix ont augmenté de 2,3 % ces 12 derniers mois.

Des prestations sociales, comme l’APL, ne suivront plus l’inflation et contribueront à la baisse du pouvoir d’achat.

 

Ce n’est pas acceptable !

En 3 ans, un mois de pension a été pris dans la poche du retraité

 

Exemple concret d’un ou une retraitée qui percevait en décembre 2017 la pension moyenne de 1 376 € bruts.

 

Sans compter les pertes du passé (gel des pensions, taxes CASA et CRDS), à partir du 1er janvier 2018, la perte est de :

     1,7 % avec la CSG

+  1,7 % selon l’estimation de la hausse des prix pour 2018.

=  561 € de perte de pouvoir d’achat pour l’année 2018.

 

Si le gouvernement limite à 0,3 % la revalorisation des pensions, pour une inflation estimée à 1,7 %, ce sera une perte de 511 € par an en 2019 et autant en 2020.

 

Cela représente plus de 1 500 € sur trois ans ! Tout le monde perd plus d’un mois de pension.

Frapper les retraitées et retraités :

un choix politique

 

Les millions d’euros pris dans nos poches ne sont pas perdus pour tout le monde :

·  suppression de l’ISF,

·  baisse de l’impôt sur les sociétés (jusqu’à 25 % en 2022),

·  baisse de 1,8 point de la cotisation famille,

·  baisse annoncée des cotisations patronales maladie de 6 points en 2019,

·  suppression de « l’exit taxe » (6 milliards d’euros),

·  etc.


 

 

Manifestons massivement le 18 octobre

 

 


En manifestant le 18 octobre, exigeons :

 


o  La suppression de la hausse de la CSG qui pénalise les retraités et retraitées de 4,5 milliards d’euros et fait baisser le taux de remplacement de 2,5 % en net pour les retraité-e-s depuis cette hausse. Nous demandons l’inscription de la suppression de cette hausse dans le PLFSS 2019.

 

o  La revalorisation de toutes les pensions, par la fin du gel des pensions, le rattrapage des pertes subies, le refus du 0,3 % 2019-2020.

o  L’indexation des pensions sur les salaires et un minimum de pension au SMIC pour une carrière complète.

 

o  Le maintien des pensions de réversion, sans conditions de ressources.

 

La prise en charge de la perte d'autonomie à 100% par la sécu et l’ouverture d'un droit universel dans le cadre du service 
ancv logo fond transparent Logo blanc RVB fond rose F93c64 LOGO AEC 2017

new-Logo CCMO CapVac deviennentM clubs-soleil 
lm communication  logo Proconfort SACEM logo  logo Touristra quadri  VVF LOGO 2016

vtf